Rencontres avec les nomades digitaux suisses

Fabienne & Benoit: nomades et pros des sites « clé en main »

 

« Passion, persévérance et curiosité »

 

 

Pour cette première interview de nomades digitaux suisses, j’ai choisi novo-monde. Après les avoir découverts sur Facebook, j’ai écouté un podcast où Fabienne (31 ans, Lausannoise aux racines alémaniques) et Benoit (33 ans, un Valaisan « pure souche » 😉) parlaient de leur expérience de nomades digitaux. J’ai tout de suite pensé qu’ils auraient plein de choses intéressantes à nous raconter! La preuve ci-dessous.

 

 

Interview par auxbonheursnomades.

Photos © novo-monde.com

 

Nomades digitaux suisses

 

Q. – « Nomades digitaux », « entrepreneurs voyageurs » ou « remote workers » : comment vous définissez-vous ?

F. -Je dirais des « nomades digitaux ». On est des « nomades » dans le sens où on na pas de « chez nous » : on na pas de voiture, pas dappart. Et puis « digitaux », puisque lon gagne notre vie grâce à une connexion Internet et un ordinateur.

Q. – Que faisiez-vous avant votre vie de nomades ?

F.- Moi, j’étais dans la gestion de projet dans le domaine du web pour une start-up. Benoit faisait son doctorat. On vivait à Vienne. En fait, dans notre cas, la transition sest faite en deux étapes. Tout a commencé avec un voyage en tour du monde. En mode voyage, avec nos économies et sans travailler en route. Cest à ce moment quon a commencé notre blog. Au retour, on a repris un « vrai boulot », comme disent les parents (rires). A Zurich. Moi, dans la gestion de projet, et Benoit comme développeur, dans la même boîte. A côté de notre boulot, on a continué notre blog; Ça a progressivement pris de lampleur. Il a fallu faire un choix : le blog ou le boulot. On a tranché et démissionné pour fin août 2016.

Q.- Vous aviez déjà une source de revenu annexe à votre travail au moment de vous lancer dans la vie nomade ?

B.- Oui. On ne sest pas lancés du jour au lendemain comme nomades digitaux. Cest plutôt une conclusion quon a tirée vu notre situation. Soit on abandonnait notre blog et nos projets de développement web pour continuer de travailler en entreprise. Soit on donnait une chance à ce projet, certes avec des revenus moindres mais en le poussant à 100%.

Q.- Lorsque vous avez démarré le blog. Quelles connaissances aviez-vous ?

B.- A ce moment-là, aucun de nous deux n’était développeur web. Moi, javais aussi envie de créer un site web pour justement apprendre à développer des sites. Jai profité de notre tour du monde pour apprendre à créer un site à partir de zéro, sans WordPress ou les autres outils de ce type. C’était en 2012. Puis, de fil en aiguille, le site a grandi. Nos compétences aussi. Aujourdhui, après cinq ans environ, on est tous les deux dans ce domaine-là.

Q. – Donc, vous codez ?

B.- Moi, je code. Fabienne soccupe davantage du SEO, de la création de contenu et des traductions.

Q.- Vous vous êtes donc formés en autodidactes ?

B.- Totalement.

Nomades digitaux suisses _ Novomonde

 

Q. – Quels outils conseilleriez-vous à quelquun qui souhaite se former au développement web ?

B.- Je conseillerais openclassroom.com. Cest vraiment bien. Il y a aussi des cours sur le codage de vidéos.

F.- Aussi pour le référencement. Il y a beaucoup de contenus gratuits. Leur offre est vraiment bien structurée.

Q. – Comment sest passé concrètement le passage à la vie nomade ? Vous avez quitté votre appartement et vendu vos affaires ?

F.- On habitait au centre de Zurich. Les appartements sont très demandés. On savait que notre appartement partirait très vite. On a résilié hors bail, ce qui nous obligeait à trouver un repreneur mais en réalité ça nous arrangeait : on pouvait poser comme condition que le nouveau locataire reprenne tout. Draps, rideau de douche et machine à café compris ! On a littéralement sorti nos habits et nos tableaux de lappart. Cest tout.

B.- On était déjà partis dix-neuf mois. Du coup, cela ne nous faisait pas trop peur. On avait déjà l’habitude de partir avoir trois affaires dans un sac à dos.

Q. – Quelle a été votre première destination ?

F.- La Thaïlande, Chiang Mai début octobre 2016 à fin mars 2017.

 Nomades digitaux suisses_Novomnde

 

Q.- Comment avez-vous entendu parler de Chiang Mai ?

B.- Sur Internet. On présente souvent Chiang Mai comme la capitale des nomades digitaux. Cest un spot qui attire beaucoup de gens pour le travail en ligne. La vie est très bon marché. Internet est excellent. La ville se situe au nord de la Thaïlande : lhiver, il ne fait pas trop chaud. On sest dit pourquoi ne pas aller voir à quoi ressemble cette communauté de nomades digitaux et rencontrer un maximum de monde.

Q.- Aviez-vous des attentes particulières avant de partir à Chiang Mai ?

F.- Tout sest passé très vite. On ne sest pas vraiment renseignés à vrai dire. On est arrivés là-bas sans grande préparation. Sans savoir dans quel quartier sinstaller. On avait réservé une guest house pour trois nuits. On a donc vu un peu sur place. Du coup, on na pas eu trop de choc ou de difficultés, car on ne sattendait pas à grand-chose.

B.- On avait déjà voyagé en Thaïlande. Ce n’était donc pas linconnu complet.

Q.- Alors, Chiang Mai, cest comment ?

B.- C’est une petite ville. Après Bangkok, qui est gigantesque, cest la deuxième ville du pays. Beaucoup plus petite. Cest un drôle de mélange entre culture thaïe et un grand nombre de travailleurs expats ou de touristes.

F.-… pas mal de backpackers

B.- oui, cest un drôle d’écosystème…

F.- … avec les retraités aussi. Chiang Mai, ça fonctionne beaucoup par quartiers.

B.- C’est un mélange qui marche plutôt bien. Une ambiance vraiment particulière : on retrouve la culture thaïe et beaucoup dautres aspects liéà la présence des expats.

Q.- Quel type de nomades digitaux trouve-t-on à Chiang Mai ?

F.- C’est un milieu très anglophone. Les francophones sont denrée rare. On sest rendus à quelques événements organisés par la communauté. Sur Facebook, le groupe « Chiang Mai Digital Nomads » publie tout ce qui se passe dans la ville. Si lon veut, il y a moyen daller chaque soir à une conférence, un meet-up, un cours de photos, un repas ou un autre événement. Il y a tout le temps des choses qui sorganisent. Cest une communauté très soudée. Jamais les mêmes gens. En même temps, il y a aussi beaucoup de personnes qui, depuis sept ou huit ans, installent chaque année leurs quartiers dhiver à Chiang Mai entre novembre et mars. Il y a une sorte de noyau de base dhabitués et aussi tous les nouveaux qui restent quelques semaines à six mois. Il y a vraiment une bonne ambiance.

B. – En hiver, il faut dire quil y a pas moins de 20 000 nomades là-bas.

 

Nomades digitaux suisses_Novomnde

 

Q .- Avez-vous rencontré des nomades digitaux suisses à Chiang Mai ?

B.- Des Suisses, oui mais des backpackers, pas des nomades.

F.- Les Suisses, on est un peu des exotiques.

B.- C’est vrai que notre vécu est un peu biaisé. On rencontre souvent des gens qui ont lu notre blog. On a rencontré quelques francophones, mais pas beaucoup.

Q.- Comment choisissez-vous vos destinations ?

B.- En fonction des opportunités. Chang Mai, c’était une excellente destination parce quon débutait et on avait un petit budget.

F.- On avait un bon pour un billet davion quon devait utiliser. Il fallait lutiliser pour un seul vol. Donc, on sest dit autant aller le plus loin possible (rires) !

B.- Pour la prochaine destination, ce sera la France car un projet professionnel nous appelle là-bas. Si on na pas de projet professionnel qui nous emmène vers une destination précise, on va là où on envie. A la base, on pensait aller aux Canaries cet automne mais il y a eu ce projet professionnel en France. Cest lavantage de ce mode de vie : la super-flexibilité.

Q : Comment organisez-vous votre logement ?

B.- A Chiang Mai, on avait réservé pour trois nuits puis on a cherché un appartement une fois sur place. Pour la France, cest vrai quon ny a pas encore réfléchi. Cest un projet de plusieurs mois où l’on va se déplacer chaque mois sans doute. On sorganisera probablement un mois par-ci un mois par-là. On va sans doute utiliser les plates-formes en ligne.

F. – Les guest house, on s’est rendu compte que pour les vacances et pour rencontrer du monde cest bien. Pour travailler, c’est difficile. Dans les chambres, il ny a pas de wi-fi. Il faut aller dans les espaces communs, qui sont bruyants et bondés. Il nous faut vraiment une table et Internet.

 Nomades digitaux suisses_novomnde

 

Q.- Quel bilan tirez-vous de cette première année en tant que nomades digitaux ?

F.- Pour moi, il est à 200% positif. Aussi au niveau personnel. Avant, javais un travail où j’étais très stressée. C’était un environnement intéressant qui me plaisait beaucoup, mais je sentais que physiquement et mentalement, je ne tiendrai pas jusqu’à la retraite. Maintenant, je me sens apaisée. Je fais ce que jaime. Financièrement, on est à des années-lumière de ce quon gagnait avant. Mais ce nest pas grave.

B.-… oui, cest aussi un état d’esprit. Notre bilan, pour linstant est plutôt positif. Il y a des défis à relever, cest sûr. On a choisi ce mode de vie pour la flexibilité et la liberté. Pour travailler sur des projets qui nous tiennent à cœur plutôt que de travailler pour quelquun dautre. Oui, on na pas les mêmes revenus quavant… mais on a tout le reste. Ça compense largement.

Q.- C’est important, la flexibilité pour vous ?

B.- Oui, cest vraiment le gros avantage de ce mode de vie. Si, tout à coup, une idée nous passe par la tête ou si on a une opportunité dans une start-up à quelque part dans le monde, on peut le faire si on en a envie. 

Q.- Qu’est-ce qui vous motive aujourd’hui ?

F.- Les nouveaux projets. Les gens avec qui on travaille. On a rencontré tant de gens géniaux. Des gens avec qui on a adoré travailler. Ce sont des rencontres aussi qui font quon a envie de faire du bon travail. Ce nest pas forcément la même relation avec un client dans le cadre de lentreprise. Cest une relation beaucoup plus directe et personnelle. Cest un gros plus.

Q.- Quelles sont vos sources de revenus ? Sur quels mandats travaillez-vous ?

  F.- On fait du développement web, mais pas seulement. Par exemple, on revient du Tour des Dents-Blanches. On a refait tout le site Internet. On sest engagéà passer six jours sur place, à prendre des photos et à écrire les textes. On leur livre un produit complet et fini.

B.- D’autant quon a la chance de pouvoir choisir un peu nos clients. Le Tour des Dents-Blanches, cest un projet qui nous correspond. Cela nous permet de vivre lexpérience et au final de proposer au client un site vraiment personnalisé avec des photos et des textes homogènes. Un développeur classique narriverait pas un résultat aussi abouti à mon avis.

 

Nomades digitaux suisses_Novmonde

 

Q.- Comment trouvez-vous vos clients ?

F.- Pour linstant, cest beaucoup du bouche-à-oreille. De par notre blog, on travaille beaucoup dans le domaine du tourisme. Parfois, les rencontres se font par hasard. Comme l’année passée, on est arrivés dans une buvette dalpage avec nos deux appareils photos, nos trois objectifs et tout notre matériel. Le propriétaire nous a demandé ce quon faisait dans la vie. Il nous a invités à boire le café. On lui a expliqué. Ça lui a plu. Il a dit quil nous rappellerait. Un peu plus tard, il nous a proposé le mandat sur le Tour des Dents-Blanches.

Q. – Autrement dit, vos clients vous viennent essentiellement via votre blog, du bouche-à-oreille et des rencontres faites sur place ?

B.- Oui, notre blog est une excellente vitrine de compétences. Il y aussi les gens que lon rencontre au hasard de nos déplacements. En Birmanie, on a sympathisé avec un jeune Français et on a fait un bout de route ensemble. Plus tard, il nous a recontactés parce quil avait rencontré un Suisse qui avait un restaurant italien à Bagan et qui avait besoin dun nouveau site Internet.

Q. – Parlons projets, y en a-t-il un qui vous tienne particulièrement à cœur ?

F.- On a des projets de livre au format papier, mais cest encore un peu tôt pour en dire plus!

B.- En tant que geek du couple, ce qui me tient à cœur cest le développement de la nouvelle version de notre site. Ce qui me motive, cest d’améliorer chaque jour mes compétences, côté développement web mais aussi hébergement, serveur, etc. Jadore avoir la liberté de faire ça tous les jours.

Q.- Un conseil pour un apprenti nomade digital ?

F.- Il faut savoir être et rester curieux ! Mais aussi être conscient que cest beaucoup de travail. Il y a limage faussée de lordinateur à la plage. Ce nest pas facile tous les jours. Cest très beau et cest vraiment cool. Je pense que cest bien davoir un métier avant de penser à être nomade digital. Nomade digital, ce nest pas un métier. C’est important dacquérir des compétences. De se faire un petit réseau. De soit avoir déjà quelques mandats, soit mettre de largent de côté avant de partir.

B.- Je pense quil faut aussi y croire vraiment. Mais aussi identifier les compétences qui nous sont propres et qui nous permettraient de travailler en ligne. Se former aussi. Lire sur le sujet. Il y a tellement doffres en ligne maintenant. Je pense que rien nest impossible. Moi, j’étais doctorant en biomécanique. Je ne connaissais rien au développement web. Jai pris le temps de me former sur le sujet. Combiner passion et persévérance. Je pense que cest ça la clé.

 

4 Commentaires

  1. Régis

    Interview très intéressant! Merci pour ce partage

    Réponse
    • Nomade

      Hello Régis! Merci pour le compliment. Contente que l’interview te plaise!

      Réponse
  2. Benoit (novo-monde)

    Merci de nous avoir donné la parole sur ton blog et à tout bientôt 🙂

    Réponse
    • Nomade

      Ce fut un plaisir! A bientôt :-)))

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Questions en bref:

Des sources d’inspiration ?

B.- Plein ! Mike Horn, pour la philosophie de vie. Le youtubeur Alex Vizeo, pour l’inspiration au voyage.. Le  site smartpassiveincome.com pour les possibilités de réaliser des revenus passifs en ligne.

F.- J’aime beaucoup le couple canadien de hecktictravels.com, je les trouve très touchants.

.

Un objet sans lequel vous ne partez jamais?

F.- Le mari, ça compte (rires) ? Sinon, les chaussures de rando!

B.- Les backpacks!

Si vous n’étiez pas nomades que seriez-vous?

B.- Moi, je serais développeur. Ça me plaisait bien aussi. Je pouvais travailler beaucoup à la maison.

F.- Je trouverais un job dans le tourisme. Je ferais un travail dans lequel je suis au contact avec les gens, pas dans un bureau enfermé.

Un dicton, une citation?

B.- Ne pas hésiter à tester de nouvelles choses, ou à sortir de sa « zone de confort » même si c’est un terme qu’on n’aime pas trop.

Auxbonheursnomades sur Instagram:

Vous voulez en savoir plus sur un concept? Découvrez le petit lexique de l’apprenti nomade.

Blog

Portrait robot du nomade 2.0

  L'ère du tout numérique a donné naissance à une nouvelle tribu, celle des nomades digitaux. Ordinateur portable sous le bras, ils partent installer leur bureau nomade où bon leur semble.... pourvu qu'il y ait du wi-fi. Mais de quoi s’agit-il exactement ?  ...

Là où tout a commencé…

  On me demande souvent comment tout a commencé pour moi. Comment j’ai eu l’idée de devenir nomade (en l’occurrence, dans mon esprit, une freelance voyageuse) ?       Tout a commencé sur cette plage, sur une île volcanique à une centaine de...

Mais que font-ils?

Sur Facebook, Instagram & Co., ils posent dans un hamac sur fond d'océan Pacifique ou sur une terrasse en bambou au cœur de la forêt thaîlandaise. Leur tenue de travail? T-shirt, short et tongues. Et ils bossent (si, si,!). Mais dans quoi exactement?...